Nico (Christa Paffgen)

Orange75

La célèbre chanteuse du premier album du Velvet Underground que l’on a vu aux Arènes d'Arles le 6 août 1975 est venue conclure cette première soirée. 
Arrivant par l'entrée du public elle s'est installée devant son harmonium face aux 10 000 personnes qu'elle à envoûté, seulement éclairée par une petite lumière bleue accompagnée à la basse par Michael Memmi.

The velvet underground and Nico-1967

Orange75 - Nico

Une anecdote et information
Nous sommes partis de Paris avec Sam Bernett ( qui était le MC ) en moto. Une pluie toute la route.
Je trainais back stage ( P Bernardin m’avait donne un pass et une chambre au Sofitel ou Meridien ( Me souviens plus ) ou étaient logés beaucoup d’autres artistes programmés... J’ai retrouve Nico par hasard qui
m’ invita dans sa loge et la, elle me demanda soudain si je voulais l’accompagner a la basse:
‘’Tu improviseras, tu te demerdes !"
Pegg du Fairport Convention me prêta de suite sa basse et je me suis retrouvé sur scène à jouer je crois 2 ou 3 morceaux dont Marble Index. Un article de Pacadis dans Liberation suivant le Festival, relate ce fait et dit que si j ai été le seul musicien francais à jouer c est sans doute que je suis .. ( modeste, je ..) hihihi Il y a tant de souvenirs sur ce festival. (J’ étais a l’époque le bassiste des frenchies avec Chrissie Hynde (The Pretenders) au chant qui remplacait Jean Marie Poire.
Michael Memmi

 

Kevin Ayers, Nico, John Cale et Brian Eno
Chelsea Girl - 1967 the marble index - 1968 Desertshore - 1970 June74

The End ... 1974

 Ecouter: "These days"  :         

1974 - The End (ILPS 9311 Island Records) produit par John CALE

Quatrième album de la grande prêtresse après son émancipation du Velvet, "The End" marque la fin d'une tétralogie initiée 
avec "Chelsea Girl" et prolongée par "The marble Index" et "Deserthore". Produit comme les deux précédents par John Cale, 
cet album offre comme point d'orgue des reprises des classiques "Das Lied Der Deutschen" et de "The End" des Doors 
(qu'elle réenregistrera avec Cale, Kevin Ayers et Brian Eno pour un album live resté à juste titre célèbre, June 1,  1974). 
Si John Cale joue là pratiquement de tous les instruments, on entend également Brian Eno aux synthétiseurs et Phil Manzanera à la guitare électrique. Gothique à souhait, The End a définitivement marqué la new wave au fer rouge de sa glaciale excentricité. Philippe Robert

 

Kevin Ayers, Nico, John Cale et Brian Eno 

 
Le meilleur se trouve sur le site de Serge. http://smironne.free.fr/NICO

Samedi 16 août